La BD digitale, où en sommes-nous ?

Best practice header 1

Partager sur

La BD digitale, où en sommes-nous ?

Depuis l’apparition des smartphones et surtout des tablettes, la promesse d’une bande dessinée digitale a toujours fasciné. Naviguer vignette par vignette, zoomer dans les planches, avoir des couleurs vives, de l’animation par-ci par-là, tous les ingrédients sont là. Mais pourquoi la mayonnaise n’a-t-elle jamais pris ? Pourquoi le monde des geeks n’a-t-il pas embrassé le comic (ou manga) digital ? Le livre numérique a, lui, su tirer son épingle du jeu avec une reconnaissance et un engouement certains, avec des appareils dédiés (Kindle d’Amazon ou Kobo de Fnac), mais la BD digitale, elle, est restée lettre morte.
Quand une innovation ne rencontre pas son public, c’est généralement qu'elle est trop en avance sur son temps ou bien que l'expérience n’est pas au rendez-vous. Je penche pour la deuxième option. En effet, à la sortie de l’iPhone en 2007, nous, les passionnés de bande dessinée, étions curieux et enthousiastes ; mais passé le temps de la nouveauté, force est de constater qu'il n’est pas du tout agréable de lire une BD sur son smartphone. Et puis l’iPad fut lancé, avec un écran tactile de la taille d’une feuille de papier. On aurait pu croire que cette fois était la bonne, mais non. Certes, la lecture est plus adaptée et Apple, Amazon et la Fnac standardisent la navigation et diversifient le catalogue. Mais personne n’est dupe. L'expérience BD digitale n’est qu’une sous-expérience de la BD papier.
Et puis un jour arrivèrent deux dessinateurs et animateurs néerlandais. Ils décidèrent de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière et d'améliorer chaque point décevant de l'expérience utilisateur à la manière de Uber en son temps. Avec Run Ran Run, leur premier volume, André Bergs et Boat proposent un rendu visuellement à la pointe et une mécanique narrative nouvelle tout en tirant pleinement profit du médium. La couverture est bluffante. Est-ce une illustration, un jeu vidéo, un dessin animé ? On peut dire que c’est une sorte de cinemagraph qui bouge quand vous bougez votre appareil, avec la présence de personnages statiques mais « vivants ». Votre œil est résolument devant quelque chose de nouveau et de « waouh ». Techniquement, c’est un savant mélange de 3D et d’animation 2D enrobé d’expérience utilisateur maîtrisée. Ne laissons pas de côté l'histoire qui participe au succès de cette œuvre, qui allie science-fiction, comédie et aventure. Je n’en dis pas plus et vous laisse découvrir cette œuvre pionnière dont le tome 2 devrait sortir très prochainement.

Partager sur

Vous aimerez aussi