Comment choisir la bonne agence vidéo ?

Comment choisir son agence vidéo ?

Comment choisir son agence vidéo ?

Partager sur

Comment choisir son agence vidéo ?

Chaque annonceur a sa propre façon de gérer et produire des contenus vidéos (et 30 % d’entre eux ne se sont d’ailleurs toujours pas mis à la vidéo). Certains choisissent sur recommandation, d’autres organisent des compétitions par projet, et d’autres enfin internalisent en créant leur studio. Dans les deux premiers cas, il est important de prendre en compte 7 paramètres clés pour bien choisir son prestataire.

On ne reviendra pas ici sur les types de prestataires vidéo (nous en avons déjà parlé dans cet article).

1. La taille de l’agence

Renseignez-vous sur la société : chiffre d'affaire, bénéfices, nombre de salariés, ancienneté… Des éléments de solidité « classiques » que vous êtes habitués (ou pas) à demander à tout partenaire. L’idée est de vous sécuriser sur la capacité de l’agence à tenir les projets sur lesquels elle s’est engagée. En vidéo pure, vous ne tomberez pas souvent sur des ETI de 700 salariés avec 30 ans d’ancienneté. La mode est plutôt aux petites structures agiles. Les plus grosses agences 360° peuvent avoir des départements vidéos dédiés, mais sur la partie vidéo, ils excèdent rarement la dizaine de personnes, et sont majoritairement constitués de chefs de projets qui travaillent l’exécution des vidéos en sous-traitance.

2. Les références

Le showreel (résumé vidéo sexy des collaborations antérieures) est souvent ce que les agences vidéo mettent en avant pour donner envie de travailler avec elles. Si la capacité à faire de belles images est un élément central pour la qualité d’une vidéo, il n’y a pas que ça. Pour pouvoir juger de la capacité qu’aura le prestataire sélectionné à bien comprendre votre brief, demandez des cas clients détaillés (problématique initiale, réponse du prestataire, exécution et résultats de la campagne). Ils vous permettront de définir précisément de quoi est capable l’agence. Demandez enfin, sur les différentes références à détailler, quel a été le rôle du prestataire, et s'il a eu recours à des expertises extérieures.

3. L’organisation propre à l’agence

Un projet vidéo n’est pas qu’une affaire de caméras, d’éclairage et de trépieds. C’est aussi des délais plus ou moins serrés, de nombreux allers-retours pour arriver à une campagne vidéo aboutie. Si l’agence sélectionnée sous-traite majoritairement, elle aura forcément moins de contrôle sur la gestion du planning : si vous n’avez pas d’interlocuteur unique, vous pouvez perdre en efficacité. Quels sont les métiers qui sont couverts en interne ? Le meilleur moyen de juger de tout cela reste la rencontre physique dans chaque agence sélectionnée. Si vous avez une agence globale, demandez à rencontrer son prestataire vidéo au moins une fois avant le lancement du projet.

4. Le liant entre les différentes expertises

Tout le monde ne sait pas tout faire, et heureusement. En revanche, l’agence sélectionnée doit en avoir conscience et avoir une solution ou un partenaire pour tout. Par exemple, la diffusion reste un domaine très spécifique, et il faut que l’agence ait une capacité à bien s’entretenir avec vos experts à vous, ou ses partenaires à elle, et à travailler de concert. C'est un point à ne pas négliger car une grande part du succès (et du bon reporting) de la campagne en dépendra. Le plan média et le concept peuvent se renforcer mutuellement dans leur construction et doivent être travaillés conjointement si possible.

5. La déontologie

C’est un paramètre souvent subjectif, et certains peuvent ne pas être concernés par la manière dont le prestataire s'acquitte de sa responsabilité de livrer les films en temps et en heure (conditions de travail, respect des critères de non-discrimination fixés par la loi, confidentialité…) Cependant, de plus en plus de groupes attachent de l’importance au fait que leurs différents prestataires soient alignés sur leur vision RH.

6. L’alchimie humaine

Il est important de rencontrer vos interlocuteurs en agence pour parler métier, pour s’assurer que votre secteur et vos problématiques suscitent un véritable intérêt de leur part. Nous faisons des métiers où implication et empathie pour un sujet vont de concert avec l’efficacité et la réussite. Il faut être attentif à cet aspect.

7. La réponse au brief

Un appel d’offre reste une compétition qui se joue sur le terrain. Si vous consultez pour un référencement, trouvez la bonne idée d’exercice qui vous permettra de juger de la créativité ou de l’implication de chacun. Lequel a le mieux répondu au brief de l’exercice ? Lequel s’est le plus documenté sur vous et votre secteur ? Lequel est allé chercher plus loin que le brief en faisant preuve d’une bonne réflexion stratégique pour vous apporter de la valeur ?

Tous ces éléments vont vous permettre d’augmenter vos chances de recruter du premier coup la bonne agence pour vos projets. C’est un travail difficile qui va vous prendre du temps. Pour vous assurer de la réussite de cette mission de sélection, veillez enfin à bien réaliser votre présélection, en choisissant des prestataires comparables.

Partager sur

Vous aimerez aussi