Comment booster son trafic et ses vues ?

Comment booster ses vues ?

Comment booster ses vues ?

Partager sur

Comment booster ses vues ?

Vous avez une stratégie de production vidéo robuste, mais vous souhaitez à présent augmenter l’efficacité de la diffusion de ces vidéos. Voici quelques conseils.

Première partie : Ce que l’on peut faire gratuitement

Ne comptez pas (trop) sur la qualité pour augmenter la visibilité

La créativité et la qualité de vos contenus sont des conditions sine qua non à la réussite de la transmission d’un message, mais elles ne suffisent pas à en assurer la viralité. Parfois, une belle idée sort du lot en étant très partagée par le public, mais ce sont des exceptions. Malgré de très bons contenus, certains youtubeurs peuvent mettre longtemps avant de percer. Ne comptez donc pas uniquement sur ce facteur pour booster vos vues.

Travaillez le référencement naturel de vos vidéos

Les réseaux sociaux ont changé leurs algorithmes pour limiter la visibilité organique (c’est-à-dire la visibilité « naturelle » et gratuite). Tout est fait pour que vous ayez besoin de sponsoriser (payer) pour être vu. Ce n’est pas pour autant qu’il faut négliger le travail de référencement naturel. À terme, il paiera, et en dehors du temps qu’il vous prend, il est gratuit.

Soyez régulier

Plus vous publiez vos vidéos en bon métronome, plus votre communauté sera attentive. À l’inverse, l’irrégularité peut être sanctionnée. Le youtubeur LinksTheSun (1,5 million d’abonnés) a ainsi perdu une partie de ses abonnés l’année où il a sorti un calendrier de l’Avent vidéo qui a provoqué une trop grande accélération de son rythme de publication de vidéos (une par jour). Éditorialisez votre contenu pour bien en répartir la diffusion sur l’année.

Respectez les us et coutumes de chaque réseau social

Vérifiez régulièrement quelles sont les bonnes pratiques du moment en matière d’heure et de jour de publication de vidéos. Vérifiez quels sont les meilleurs formats et durées de vidéos sur chaque plateforme. Exemple : Linkedin autorise en théorie des vidéos dont le poids n'excède pas 5 Go. Dans les faits, les vidéos se lisent souvent difficilement, restez si possible en dessous de 200 Mo par vidéo.

Travaillez vos métadonnées

Référencez vos vidéos avec les bons titres, les bonnes balises, les bons mots clés, les bonnes descriptions… N’hésitez pas à regarder comment d’autres ont pu être bien référencés sur votre thématique. Utilisez des titres courts, impactants. Soyez honnête dans vos choix de mots clés.

Incitez votre communauté à vous suivre et à interagir

Les youtubeurs ont été les premiers à le faire, et vous remarquerez que Norman, Cyprien ou Natoo ne finissent jamais une vidéo sans « Lâchez un pouce bleu ! » ou un call to action pour s’abonner à leur chaîne YouTube. Faites pareil !

Créez des playlists, triez vos contenus

Faites des playlists sur YouTube, triez vos stories sur Instagram, bref, aidez votre communauté à trouver facilement le sujet qui l’intéresse.

Deuxième partie : Et maintenant, on passe à la caisse !

Le contenu sponsorisé a pris une place centrale en vidéo, et il existe aujourd’hui de nombreuses alternatives au pré-roll YouTube. Tour d’horizon des réflexions à avoir avant de lancer une campagne média.

Définissez un objectif de campagne précis

Objectif notoriété : maximiser les impressions.

Un contenu vu 3 secondes serait suffisant pour assurer l’essentiel de la mémorisation du spectateur. Vous pouvez donc privilégier l’affichage de votre publicité pour augmenter la notoriété. Attention à adapter le contenu en conséquence (en affichant la marque dès les premières secondes par exemple).

Objectif lead : maximiser le ciblage.

Vous pouvez cherchez à privilégier le lead qualifié. Des outils comme le TrueView for action de YouTube, ou les moyens précis de ciblage sur Facebook, vont permettre d’afficher votre vidéo à un panel de personnes intéressées par vos offres ou vos produits. Par ce biais, vous augmenterez votre taux de conversion mais la portée de la publicité sera plus faible.

Testez, élargissez, rétrécissez, ciblez

Travaillez le choix des mots clés de votre campagne payante. N’hésitez pas à faire plusieurs tests, à changer les annonces et les mots clés jusqu’à déterminer la formule la plus efficace.

Pensez conversion

Il existe aujourd’hui des moyens de lier directement une vidéo à une offre ou à un produit. YouTube, par exemple, rend désormais possible l’intégration de liens marchands sur ses vidéos. De votre côté, simplifiez au maximum le parcours client, du message jusqu’à la prise d’information ou l’achat.

Tenez compte des feedbacks et des statistiques

Servez-vous des commentaires en réponse à vos vidéos (s'ils sont constructifs) et suivez bien les statistiques de lecture et d’engagement, en les comparant d’un projet à l’autre. La médiatisation peut permettre à une vidéo d’être vue 400 000 fois, mais si cette dernière n’a généré que 10 likes et aucun commentaire, cela ne répond pas forcément à vos objectifs initiaux.

Facilitez l’expérience vidéo de vos utilisateurs

Sur les réseaux, il faut que le son soit facultatif car une bonne partie du public verra la vidéo sans. Le sous-titrage est donc important. Pour autant, votre contenu peut parfois nécessiter de bonnes conditions de lecture. Certaines publicités requièrent l’utilisation du son pour générer l’émotion souhaitée. Dans ce cas-là, n’hésitez pas à le préciser en début de vidéo.

Pour résumer

  • Éditorialisez votre contenu, pour tenir une fréquence régulière et adaptée.

  • Soignez vos publications de vidéos.

  • Définissez les objectifs de votre campagne média, afin de choisir les bons leviers d’activation.

  • Pensez communauté : classez bien votre contenu, incitez à l’engagement et à l’abonnement.

Partager sur

Vous aimerez aussi